26, 25, 24, 23, 22, 21 !

42Mon fils sait compter, et ce n’est que le moindre de ses savoirs. Il fait toutefois bien mystère de ses autres secrets, qu’il n’évoque que par énigme, de temps à autres. Par exemple, il y a quelques jours seulement, tandis qu’il s’égayait sur le tape-cul d’un parc voisin, il invita un autre jeune homme à prendre place sur le siège opposé. Cet autre enfant là avait été en quelque sorte élu par mon fils pour devenir le dépositaire de ses secrets. Pour ma part, je devais me contenter d’observer la scène à bonne distance et tendre l’oreille pour saisir la conversation. D’ailleurs, pour être plus juste, plutôt devrai-je parler de « séance d’enseignement ».

Mon fils, sans préliminaire ni formule convenue, pris donc aussitôt la parole et dit, le regard braqué dans les yeux de l’autre : « shndjzgh les maisons !». Il tendait en même temps son bras en direction d’un groupe d’habitations qu’on pouvait voir de là, pour bien que l’autre comprenne de quelles maisons il s’agissait.

Entre parenthèse, « Shndjzgh » est un mot très utilisé par mon fils, dont orthographe et la phonétique peuvent cependant légèrement varier. Le terme s’utilise avec à propos pour remplacer n’importe quel pronom personnel, adjectif possessif, démonstratif, adverbe et, de façon générale, tout début de phrase qu’il est fatigant de changer tout le temps alors que -il faut quand même se l’avouer- on comprend tout très bien sans avoir besoin de le faire.

De là, on peut déduire que « Shndjzgh » n’est pas un mot très signifiant dans la conversation. Par contre, « les maisons » étaient apparemment essentielles.

Mon fils enchaîna, sans laisser à l’autre le temps d’encaisser: « Shndjzgh, chai compter ! 1, 4, 12, 9 ! ». Il disait cela en faisant danser ses doigts à la manière d’un pianiste ou encore d’une personne qui manifeste son impatience sur un comptoir. Il acheva son monologue par un air entendu et vaguement condescendant. C’était fini, l’autre pouvait repartir ; mon fils avait tout dit pour aujourd’hui.

« Les Maisons…1, 4, 12, 9 » ; voilà l’énigme, et j’achoppe depuis à en saisir la clef. Le cadastre ne m’a dit rien d’intéressant sur le groupe de maisons désigné et les archives municipales sont muettes sur un événement particulier qui s’y serait déroulé. Même pas quelque chose d’aussi banal qu’un quartier bâti sur un cimetière indien. En outre, même si j’avais mis la main sur quelque chose d’important, il m’aurait encore fallu pouvoir le relier avec cette étrange suite de chiffres devant laquelle abdiquent les meilleurs mathématiciens.

« Les Maisons…1, 4, 12, 9 ». Mystère.

Dernier ajout : Sachez vous aussi compter, et à rebours, avec les tours 26 ! 25 ! 24 ! 23 ! 22 ! 21 ! du récit de partie The final Countdown, qui vous emmènent désormais jusqu’au tiers de la bataille.

Mais aussi, à lire ailleurs :

Pas moins de deux tests de Combat Mission : Gustav Line signés par des pseudonymes qui ne vous seront probablement pas inconnus. Le premier, par Potemkine, est à lire sur Wargamer.fr et le second, by Dingchavez, gravé sur les parois de l’Antre du Dingo.

* L’AAR (en anglais) sur la bêta de Combat Mission : Market Garden chez Battlefront. Côté Axe et Côté Alliés.

Cette entrée a été publiée dans Battle for Normandy, Récits de parties. Placez un signet sur le permalien.

12 Responses to 26, 25, 24, 23, 22, 21 !

  1. potemkine potemkine dit :

    Peut-être que ton fils bosse pour une station de nombre?

  2. Li-An dit :

    C’est qu’un gros frimeur ton fiston !

  3. Dingchavez dit :

    Purée, wargamer.fr ! Pourquoi j’y vais jamais, c’est plein de trucs intéressants ! Chouette review Potemkine, un peu plus inspirée que ce que j’ai pu faire.

    • potemkine potemkine dit :

      J’ai beaucoup aimé la tienne aussi, j’ai apprécié que t’es allé plus à fond dans le détail du matos! Et c’est marrant, on déplore tout les deux le manque des FFL ou du feu. Les grands esprits se rencontrent!

  4. Dingchavez dit :

    Je n’arrête pas de saouler Steve avec ça, chaque fois il me dit « oui, oui, tu as raison mais promis on mettra les FFL dans une des extensions, c’est prévu » ^^

  5. Henniak dit :

    merci Carlos pour cet aar.

    (j’espère que poster un commentaire ca va me donner du grisbi…)

  6. Alma dit :

    1…9+1=10, 12-10=2…4-1=3…4…9-4=5…12-9=3, 4-1=3, 3+3=6…12-4-1=7…12-4=8…9…9+1=10…. mais bien sûr !
    Je suis d’accord avec Li-An, c’est qu’un gros frimeur.

  7. Henniak dit :

    vivement la suite

  8. Dingchavez dit :

    Il est malin ce Henniak 🙂

  9. Emil Emil dit :

    Est-ce si grave qu’il manque les FFL ?

    D’un point de vue technique pour Battlefront, est-ce qu’ils pourront réimplanter ces unités dans d’autres modules ?
    J’imagine que BF essaye de mutualiser ses développements graphismes sur plusieurs modules, où ont servi les FFL autre part que sur ce front ?

    Quelles nouvelles unités peuvent-être interessantes ???

  10. Alma dit :

    Je veux donner 50 brouzoufs à Henniak et DingChavez pour éviter leurs commentaires bidons !… c’est possible ?

  11. Carlos Carlos dit :

    J’imagine que BF essaye de mutualiser ses développements graphismes sur plusieurs modules, où ont servi les FFL autre part que sur ce front ?

    Ce serait une politique commerciale assez douteuse, dont d’ailleurs se défend Battlefront en évoquant le cas Market Garden (où l’on trouve des unités britanniques…mais pas un copier/coller de Commonwealth Forces).

    Je veux dire par là que s’ils implémentaient de façon récurrente les mêmes unités copiées/collées dans plusieurs modules, l’acheteur de tous les modules pourrait à juste titre trouver un peu fort qu’on lui vende plusieurs fois la même chose.

    Il a été évoqué par Battlefront le fait que les FFL pourraient être fournies dans un pack d’unités additionnelles pour Fortress Italy. Un « pack d’unités » est une extension plus modeste qu’un module (et moins cher: 15 dollars à priori) ne comprenant ni scénarios ni campagnes.

    Quant à d’éventuels autres modules « complets » pour CMFI, Battlefront a déjà annoncé qu’il n’y en aurait pas d’autres que Gustav Line.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *