Huzzar!

One Response to Huzzar!

  1. Carlos Carlos dit :

    Une partie qui s’achève contre Sval06, après que ce dernier ait logiquement jeté l’éponge à la mi-temps (42 minutes), principalement pour s’être sévèrement fait écorner ses blindés.

    null

    null

    J’ai déjà beaucoup commenté ce scénario pour l’avoir joué trois fois côté U.S et à présent une fois côté allemand.
    Pour ce que je pense du « défi américain », je vous renvoie à mon analyse de mes deux premières parties en habit vert, et à l’AAR de ma troisième si vous avez le courage de vous plonger dedans.

    L’allemand arrivant en premier sur les objectifs (distances en sa faveur), c’est donc principalement à l’américain de « faire le boulot » et il faut avouer qu’il est difficile à aborder du premier coup. Je veux dire par là qu’à moins d’une analyse très approfondie et experte de la carte et des forces en présence, la première partie ricaine est largement « à l’aveuglette », et qu’on a de fortes chances d’essuyer un premier revers avant de correctement jauger la situation et se reprendre…s’il reste alors assez de monde pour le faire et du terrain favorable au repli. C’est un scénar qu’il faut quasiment jouer une fois « à blanc » côté U.S pour considérer qu’à la deuxième partie, on joue à « armes égales ».

    En l’occurrence, Sval s’est un peu trop fortement cassé les dents et enferré dans de « mauvais goulots » pour pouvoir changer son fusil d’épaule avec assez de monde.

    Pour le coup, même si l’avantage n’est pas à proprement parler décisif, connaître la carte (dans la perspective de mon adversaire) m’a tout de même servi significativement. Je n’étais pas forcément très aidé pour correctement placer mes unités, mais savais par contre très bien là où le danger pouvait potentiellement être créé par mon adversaire -puisque j’ai beaucoup réfléchi à cette question lorsque je jouais américain- Il me suffisait donc de me prévenir de ces axes « problématiques ».

    Je retiens par ailleurs le début de partie de Sval06 qui a souffert du même travers que moi lors de ma seconde partie côté US:

    La concentration/supériorité de la reconnaissance américaine, un peu d’inspiration + un peu de chance font que celle-ci est facilement victorieuse de son vis à vis allemand (j’avais de mon côté « saupoudré » mes unités en groupe de petites tailles). Encouragé par le succès, mon adversaire pousse ses unités aussi loin qu’il le peut sur une carte quasi vide….sans correctement anticiper que l’arrivée des renforts blindés allemands va brutalement changer la donne. Trop avancée au moment ou les « sérieux » débarquent, la quasi totalité de la reconnaissance américaine sera isolée et décimée à coup de gros calibre.
    Sur Huzzar, la reconnaissance doit vraiment savoir s’arrêter sur ce qui deviendra une « ligne de départ » des « gros », et être en situation de tenir le périmètre retenu le temps que ces derniers leur tendent la main.

    Un scénario toujours passionnant sur une carte imposante, bien dessinée et complexe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *