Ce n’est pas très civilisé tout cela !

Voilà plus de 10 ans que nous usons (et abusons ?) de la série Combat Mission. Tous les deux ans, un nouvel opus vient améliorer cette simulation tout en l’élargissant. Pourtant au fil de cette série reste un manque, constant et évident, d’autant plus flagrant avec les titres contemporains (Shock Force et Afghanistan)

Tout est simulé: les armes, les tenues, l’influence de la météo, le moral … Et pourtant, il manque un truc !

045696-000_moerdentscheidung_05

Comment Battlefront a t’il pu faire l’impasse sur les civils ? Créer un « camp » neutre inquiet ou paniqué ne semble pas si compliqué à faire. Ils sont pourtant des éléments centraux, d’une part parce qu’il peuvent être pris pour des troupes ennemies dans le brouillard de guerre, mais aussi car ils peuvent être une pénalité importante, notamment pour les troupes occidentales de nos jours. Enfin il est possible de dissimuler des espions ou des troupes dans la masse de civiles. Et là, que faire ?

En ce moment Arte diffuse « Dilemme Mortel » un excellent 90 minutes reprenant la chronologie des événements de la « Bavure de Kunduz »

Voici le résumé :

En 2009, l’opération menée par l’armée allemande aux alentours de Kunduz, dans le nord de l’Afghanistan, n’est déjà plus une simple mission pacifique : des civils afghans ont été tués et plusieurs soldats ont trouvé la mort dans le combat contre les insurgés. Alors que le colonel Georg Klein est en charge de la région, deux camions-citernes contenant près de 60 000 litres d’essence sont volés par des talibans. Klein redoute qu’ils n’utilisent la cargaison pour commettre un attentat. Un informateur afghan confirme ses craintes et ajoute que les chefs talibans ont enlisé les camions sur la rive du Kunduz. Il affirme surtout qu’aucun civil n’est présent sur le site. Klein se voit alors contraint d’agir pour assurer la sécurité de ses hommes : il fait appel aux bombardiers américains pour organiser un raid aérien visant à détruire les camions-citernes. Mais dans la nuit, les talibans distribuent le carburant volé aux villageois voisins. Les civils venus chercher de l’essence, parmi lesquels des femmes et des enfants, se trouvent alors dans la zone ciblée par les avions de combat…

Raymond Ley nous fait vivre de manière saisissante les conséquences dramatiques de la décision du colonel : la mort de 142 personnes. Cette intervention militaire a conduit à l’ouverture d’une enquête judiciaire par le parquet fédéral d’Allemagne pour crime de guerre. Un non-lieu a finalement été rendu en avril 2010 mais l’opération a tout de même été qualifiée de “l’un des plus graves incidents impliquant l’armée allemande depuis la Seconde Guerre mondiale”.

Matière à réflexion …

Cette entrée a été publiée dans Concepts de jeu, Histoire. Placez un signet sur le permalien.

6 Responses to Ce n’est pas très civilisé tout cela !

  1. Erengar dit :

    En « utilisation » des civils, il y a eu aussi les « boucliers humains » pour empêcher les bombardements, lors de la Guerre du Golfe.

  2. Carlos Carlos dit :

    Pour rester dans le domaine ludique, ce que tu soulignes me fait songer à « A Day of Heroes » dans la série Lock’n Load (système de Wargame sur table).
    Le jeu relate les évènements de somalie en 1993 et, tout particulièrement, l’épisode fameux de la « chute du Faucon noir ».
    Le système prend en compte de façon originale et poussée les civils qui sont nombreux et actifs sur les lieux. Toujours imprévisibles, tantôt fuyants, tantôt menaçants, toujours gênants.

    Si l’on devait imaginer les civils dans Combat Mission, et supposant logiquement que Battlefront a déjà effleuré cette hypothèse, nul doute que ce genre d’évolution doit être au fond de l’interminable liste des évolutions prévues/possibles pour la série.

    Si l’intérêt n’est pas tout à fait négligeable, le moteur de Combat Mission (ou plus justement, nos PC) n’est pas à la hauteur du défi. Deux régiments sur une vaste carte font déjà haleter les meilleures machines et exploser la taille des pièces jointes. Impossible en l’état d’envisager sérieusement d’y ajouter des centaines ou milliers de civils aux comportements complexes (et comment les traiter…? En unités ??).

    Un souhait qui n’est je crois vraiment pas prêt d’être exaucé.

  3. RouquinMalin RouquinMalin dit :

    Comme on pourrait aussi avoir dans certains scénarios des équipes médicales dont les ordres seraient bien évidemment d’aller soigner les blessés (pas comme unité de reconnaissance!).
    Concernant les civils, ce paramètre serait intéressant. Outre l’aspect « dégâts collatéraux » (avec des malus?), le fait qu’un bâtiment soit occupée par des civils pourraient induire en erreur et faire croire à une présence de l’adversaire…

  4. Li-An dit :

    Il me semble qu’il y avait un RTS français qui gérait ce genre de problème. Enfin, le rapport avec les médias et l’opinion publique. Ça aussi, ça serait intéressant à gérer dans un conflit moderne.

  5. Kilroy Kilroy dit :

    Je trouve l’idée des medic excellente ! Il faudrait voir comment historiquement s’organisaient les soins.
    Pour les civils, leur absence surtout en guerre moderne rends Afghanistan sans grand intérêt.
    Je leur envoie un mail pour savoir si ils y pensent et vous tiens au courant.

  6. Kilroy Kilroy dit :

    Voici donc la reponse de battelfront
    En résumé : les « pékins » pas question les medics faut voir !

    Hello,

    as you know, this isn’t simply a question of adding two new unit types. If we add these to the simulation that CM is, it needs to be handled correctly, in terms of AI, game mechanics, and other sim aspects. With that said:

    Definitely no to civilians. This isn’t something most gamers want to deal with and the AI necessary to control them realistically is insanely complicated.

    Medics may come into play at some point in CM’s future, but we have no specific plans to include them. To do this correctly it’s a lot more than simply adding a new unit type. It is a complicated subject and will require a lot of new code and dedicated testing.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *