CMBN: La prime à l’attaque?

Je constate deux choses sur les résultats de PBEM:

– Ca tourne toujours à la démonstration à un moment. Rares sont les parties se terminant sur un match nul ou une victoire étriquée. C’est nettement plus souvent une victoire totale ou pas loin.

– C’est l’attaquant qui a le dessus.

Certes, on pourra objecter que l’armée allemande en Normandie est loin de sa top forme, néanmoins (et oeil en plus pour compenser) je me demande si les conditions de victoire pourraient permettre d’éviter ce genre de résultats.

Alors, sont ce les créateurs de scénarios qui se pannent? Sommes nous condamnés à ne jouer que des combats de rencontre? Rêve-je?

Bref, qu’en pensez vous les gens?

Cette entrée a été publiée dans Battle for Normandy, Concepts de jeu. Placez un signet sur le permalien.

3 Responses to CMBN: La prime à l’attaque?

  1. Carlos Carlos dit :

    Et bien je crois qu’il y a pas mal de facteurs possibles (parfois suppositions, parfois avérés) qui concourent à ce phénomène général, que je constate aussi (mais qui souffre de quelques exceptions).

    * La défense, c’est beaucoup plus technique. Si l’art de l’attaque s’apprend relativement facilement moyennant un peu d’expérience, la défense, c’est pour moi de l’Art avec un grand « A ». Sa logique prend souvent à contre-pied les leçons apprises en attaque et est parfois contre-intuitive.
    J’avais rédigé un petit post en réponse à une personne qui soulignait qu’elle se débrouillait mieux en défense, et qu’elle l’estimait plus facile…contre l’IA.
    http://www.esprits.net/forums/index.php?topic=2143.msg53979#msg53979

    Donc je pense que certains scénars sont tenables en défense, si le défenseur est de haut-vol, et du coup probablement plus compétent que l’attaquant.

    A relever que je n’ai aucune prétention hein…je galère également en défense hein! 😀

    * Un souci d’historicité…et je pointe là du doigt le fait que tu parles de défense au sens général à un moment, et d’armée allemande « pas au mieux de sa forme » à un autre, en liant naturellement les deux. Evidemment, je crois que plus de la moitié des scénars proposent une physionomie « Attaque alliée/défense Allemande tendue ».
    Pourtant, sur les quelques scénarios où la situation est inverse (Last Defense par exemple), la défense U.S est également assez tendue;

    * Une logique de conception de scénar « côté attaque ».
    IA inepte en attaque oblige, les concepteurs doivent je pense souvent adopter la logique du camp attaquant et, finalement, nous livrent les scénars qui correspondent à leur niveau de jeu dans cette posture, pondéré par celui d’autres testeurs.
    C’est une pure hypothèse, mais on peut imaginer qu’un joueur-concepteur de petit niveau favorise le camp attaquant, livrant en terme d’O.B. ce avec quoi il arrive à gagner.
    A l’inverse, un concepteur plus expérimenté, ou un scénario testé par de nombreuses personnes, devrait être plus équilibré.

    * Une remarque de Gameplay cette fois: le système de repérage favorise davantage l’attaquant que le défenseur. Le propre du défenseur est d’être doté d’un certain nombre d’équipements ou de pièces peu ou pas mobiles (casemates, canon AC, nids de mitrailleuses, retranchement). Il y aura toujours un mortier côté attaquant pour plomber dans des délais-record ce genre de position défensive qui ne peut pas se soustraire, même si ledit mortier est à l’autre bout de la carte et sans radio.
    Etant donné que l’attaquant à moins vocation à rester statique et a mis des chenilles sous ses canons, le défenseur ne peut pleinement tirer parti du même avantage.
    Pour le même nombre de point d’achat, le défenseur dispose d’équipements plus vulnérables…et le défenseur a évidemment moins de points d’achat.

    Ceci dit, on peut bien sûr imaginer des scénarios plus équilibrés, qui balayent mieux le spectre des résultats de victoire possibles; en particulier en multipliant les objectifs, en les faisant asymétriques (c’est à dire ce qui tombe dans l’escarcelle de l’un ne prive pas forcément l’autre) et en variant leurs types.

    Voilà, sinon ça fait bien plaisir de venir par ici et de lire un truc qu’on a pas soi-même écrit. Excellent.
    Seule déception….sans image c’est moche; avec, c’est beau. 😀

    Allez, je t’en propose une pour décorer ton billet.


    😀

    PS: vous pouvez d’ailleurs directement héberger ici les images en tant qu’inscrit, pas besoin d’utiliser un hébergeur externe comme Imageshack. 🙂

  2. SgtChaudart dit :

    Les objectifs asymétriques sont je pense la meilleure solution pour rééquilibrer les parties. Cela rajouterait plus de piquant et du coup l’attaquant pourrait se retrouver lui-même défenseur sur une partie du champ de bataille et vice-versa pour le défenseur. Dans CM:BN, pas besoin de trop se creuser les méninges pour savoir où se trouve l’ennemi puisqu’on a les mêmes objectifs.
    Dans Command Ops, ils ont bien reproduit ce type de conditions de victoires. Mais il est vrai aussi que l’IA est particulièrement performante sur ce jeu.

  3. Blutch dit :

    Les parties d’Henniak sont un contre exemple, en effet, compte tenu des délais impartis, je dois faire courir ma piétaille qui arrive souvent en retard à l’affrontement. En même temps les halftracks étant des cercueils roulants, dur de faire son OB.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *