Combat Mission : Shock Force 2

Battlefront jaillit à nouveau d’outre tombe avec la sortie du nouvel opus de la série Combat Mission : Shock Force 2 !

En réalité une mise à jour vers le Game Engine 4, moteur actuelle de la franchise, du premier Shock Force sorti en 2007 que la plupart d’entre vous connaissent, mais reste-t-il seulement quelqu’un par ici?
Gardant donc les mêmes scénarios, campagnes et unités que son prédécesseur, c’est un copier coller de la forme mais une nette amélioration du fond grâce au GE 4 : graphismes, gameplay, IA, ordres de bataille, interface… tout a été amélioré au standard des autres Combat Mission du moment.

Pour certains, c’est un « simple » bond en avant pour un des anciens titres phares du développeur, pour les autres, c’est un nouveau jeu. On rappellera donc que ce titre se déroule sur le sol syrien, en 2008, opposant l’armée américaine à l’armée syrienne appuyée par des forces irrégulières. Ça vous fait penser à quelque chose? Et bien non, Battlefront vous rappelle que les événements se déroule 4 ans avant le début de la guerre civile, il ne s’agit donc pas de simuler une éventuel escalade supplémentaire au conflit actuel. De fait, le premier étant sorti en 2007 et ce numéro deux en étant l’entière reprise, le background du jeu est purement fictif. Après CM : Black Sea ayant anticipé le conflit en Ukraine, encore une prédiction à venir?

  

Quoi qu’il en soit on se retrouve ici avec un combat qu’on pourrait qualifier d’asymétrique. D’un côté l’armée américaine, avec son équipement moderne, son entrainement, son appui aérien, de l’autre l’armée syrienne, professionnelle certes, mais avec un retard technologique, un moral et un entrainement très variable, possédant des moyens non conventionnelles tels que des IED enterrés ou même lancée à tout allure à bord d’un taxi, des groupes de miliciens, espions…
Les modules British Forces, Marines et NATO (Allemagne, Canada et Pays-Bas sont représentés) bénéficient du même traitement, amenant leurs lots de nouveaux scénarios, campagnes, unités…

Comme toujours avec Battlefront, tout ceci s’accompagne d’un prix conséquent. Le jeu sans module se vend à 60$, chaque module à 35$, un bundle regroupe le tout pour 125$ ( égale à 110,45€, vous calculerez pour les autres :D), des packs intermédiaires étant disponibles.
À noter qu’en possédant toujours votre clé de Shock Force 1 et celles de modules, vous bénéficierez d’une grosse réduction, le jeu sans module revenant à 15$, les modules à 10$ et le pack complet à 35$. Geste généreux pour les anciens, étant donné que ce nouvel opus n’est rien d’autre qu’un Shock Force 1.5, et prix beaucoup trop élevé pour les nouveaux, pour la même raison. Mais en l’absence de réel concurrence…
Boutique Shock Force 2
Upgrade Shock Force 1

Et si vous voulez déjà vous faire une idée de la bête, une démo existe !
Reprenant celle de SF 1.

Si vous êtes encore vaguement vivant n’hésitez pas à partager votre avis et proposer une partie en multijoueurs !

Cette entrée a été publiée dans From Battlefront, Shock Force, Téléchargements. Placez un signet sur le permalien.

2 Responses to Combat Mission : Shock Force 2

  1. RouquinMalin RouquinMalin dit :

    Bonjour à tous,
    Pour les joueurs qui n’ont pas de clef d’activation pour le jeu de base version Paradox Interactive (achat du jeu en cd-rom), il faut ouvrir un ticket sur le site de Battlefront pour en obtenir une. Perso, cela n’a pas posé de pb (le fait d’avoir appuyé ma demande en transmettant les clefs des modules Marines et compagnie a certainement facilité ma demande.
    Battlefront recherche une solution sur le pb informatique concernant la campagne des Marines.
    Par contre, j’ai l’impression mes anciens mods (cf répertoire Z) qui marchaient avec CMSF1 ne fonctionnent pas avec CMSF2…

  2. Kilroy Kilroy dit :

    Shock Force pose quand même un gros soucis de crédibilité dans les doctrines d’emplois. Comme pour l’opus sur l’Afghanistan les éléments de guerre asymétrique ne sont pas du tout prise en compte ce qui rends l’ensemble un peu hors sol.
    L’intégration de civils comme PNJs auraient été un vrai plus permettant d’esquisser cette problématique. En l’état autant resté sur CMBS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *