Battle Drill : le mouvement

Traveling (progression)

Cette méthode est à utiliser lorsque le contact avec l'ennemi est improbable. Par exemple en mouvement derrière les lignes, et lorsque la vitesse est une priorité.

  • Tous les éléments d'une unité se déplacent ensemble et simultanément, avec des intervalles de marche réguliers.
  • La progression est continue et l'intervalle entre les éléments (véhicules, groupes ou équipes) est réduit.

Traveling

Traveling Overwatch (progression vigilante)

Cette méthode est à utiliser lorsque le contact avec l'ennemi est possible mais pas nécessairement probable, et que malgré tout la vitesse est importante.

  • Tous les éléments se déplacent ensemble en formation
  • Le mouvement de l’élément de tête est continu, mais a un intervalle assez important de l'élément de queue.
  • L'élément de tête progresse en suivant le parcours qui lui offre le meilleur couvert et dissimulation.
  • L'élément de queue progresse à vitesse variable, en gardant le contact visuel avec l'élément de tête.
  • L'élément de queue maintient une distance suffisante pour lui permettre de manœuvrer ou fournir un tir de suppression si l'élément de tête est pris à partie.

Traveling_Overwatch

Bounding Overwatch (Progression par bonds alternés)

Cette méthode est à utiliser lorsque le contact avec l'ennemi est probable ou attendu, et lorsque la vitesse de progression est plus importante que la sécurité.

  • Les éléments progressent par bonds, avec toujours au moins un élément immobile destiné à observer/ fournir l'appui
  • Les éléments progressent en suivant les axes les mieux dissimulés/qui offrent un meilleur couverture.
  • L'élément de tête progresse vers une position d’où il peut observer les mouvement de l'élément de queue, établissant la nouvelle ligne d'observation.

B_OW-Alter-01

Lorsque l'élément de tête est en position, l'élément de queue progresse jusqu'à une position située sur la même ligne que le premier.

B_OW-Alter-02

Lorsque l'élément de queue est en position, il se maintient en position d'observation tandis que l'élément de tête reprend sa progression jusqu'à la ligne suivante.

B_OW-Alter-03

B_OW-Alter-04 B_OW-Alter-05

Notes de gameplay

  • Ne vous précipitez pas lors de ce genre de manœuvre…prenez votre temps et assurez-vous d'utiliser le terrain pour masquer votre déplacement.
  • Si vous pouvez masquer votre mouvement derrière une colline, un écran de fumigènes, un bosquet…ect…alors il vous sera possible de progresser rapidement ; dans le cas contraire, préférez l'ordre Traquer ou Mouvement.
  • Donnez de temps à autres à vos unités des ordres de pause (de durées variables), surtout si votre progression est susceptible d'être observée par l'ennemi.
  • Lorsque vous progressez vers une position d'observation, particulièrement si vous passez à découvert, déposez votre dernier point de passage à l'aide de l'ordre « Traquer »
  • Il est possible de planifier ce genre de progression de sorte que deux unités se déplacent simultanément. Pour cela, vous devrez ordonner des pauses au niveau des points de passage afin de toujours garder une unité en position d'observation tandis que les autres avancent. La chose demande de la pratique pour être exécutée correctement, alors… Exercez-vous !

Bounding Overwatch (progression par bonds successifs)

Cette méthode est à utiliser lorsque le contact avec l'ennemi est probable ou attendu, et quand la sécurité prime sur la vitesse.

  • Les éléments vont se déplacer par bonds, avec toujours au moins un élément destiner à observer/fournir l'appui.
  • L'élément de tête progresse jusqu'à une position d'où elle peut observer le mouvement de l'élément de queue.

B_OW-Succ-01

  • L'élément de queue devrait contenir la ou les mitrailleuses du groupe
  • Les éléments progressent en suivant les axes qui fournissent les meilleurs couverts/capacités de dissimulation
  • Lorsque l’élément de tête est en position, l'élément de queue avance jusqu'à dépasser la position du premier.

B_OW-Succ-02

Lorsque l'élément de queue est en position, l'élément de tête reprend sa progression jusqu'à elle aussi dépasser la position de l'élément de queue.

B_OW-Succ-03 B_OW-Succ-04 B_OW-Succ-05

Notes de Gameplay:

Même précautions que pour le mouvement précédent (voir au dessus)

Source: Blog Battle Drill par Bil Hardenberger

 

12 Responses to Battle Drill : le mouvement

  1. EPHREM dit :

    Très utile.

    Merci.

    Ephrem

  2. Emil Emil dit :

    Je trouve les terrains peu représentatifs …

  3. Alma dit :

    Imaginez le massacre du groupe de tête si un petit détachement ennemi se trouve en embuscade dans le bosquet… 4-0 d’entrée !
    Je préfère largement les enseignements de Jeffrey Paulding : accumulez la puissance de feu en face du premier bosquet, effectuer une suppression efficace réelle dans le bosquet AVANT d’avancer puis prendre possession tranquillement dedans. Perso, mais Carlos me rectifiera, avancer à découvert sans user de sa puissance de feu, sans même tirer une balle, est plutôt stupide.

  4. Redwood Redwood dit :

    Comme le dit Emil, ayant personnellement uniquement CMBN je ne suis pas certain de pouvoir bien appliquer tous ces principes dans le bocage… 🙁

    Bon cela dit, c’est de la théorie et c’est tout de même très instructif ! ^^

  5. meca6 dit :

    Merci pour la traduction ! Au risque de passer pour un idiot une petite chose me turlupine , ne serait il pas plus judicieux de déplacer les groupes, toujours en alternance, mais en utilisant la fonction assaut ?

  6. StuG dit :

    La fonction assault c’est plutôt pour les bâtiments, non ? Si Carlos pouvait nous éclairer sur ce point ?

  7. Carlos Carlos dit :

    accumulez la puissance de feu en face du premier bosquet, effectuer une suppression efficace réelle dans le bosquet AVANT d’avancer puis prendre possession tranquillement dedans. Perso, mais Carlos me rectifiera, avancer à découvert sans user de sa puissance de feu, sans même tirer une balle, est plutôt stupide.

    Il ne faut tout de même pas qu’il y ait malentendu : l’article présente des techniques de progression lorsque l’ennemi est probablement dans le secteur mais ni identifié, ni même repéré. Ce ne sont pas des techniques d’assaut sur une position de l’adversaire.

    Exercer une suppression sur le bosquet…ok…mais lequel ? Tu ne sais pas où se trouve l’ennemi et peut t’échiner à tirer 10 mètres ou même 100 mètres à côté, en compromettant au passage les chances de tes soldats de réaligner rapidement l’ennemi une fois repéré ailleurs (les mecs sont cons, ils ont tendance à exécuter les ordres)

    S’il n’y a qu’une seule case avec trois arbres et un buisson au milieu d’une plaine parfaitement à découvert, je suis d’accord que ça ne mange pas de pain d’arroser un peu de ce côté; on se la joue à l’intuition.
    Si l’objectif est de « prendre le bosquet » comme on donne l’assaut d’une maison, on est d’accord aussi: mieux vaut tirer dessus pendant qu’on manoeuvre, quitte à ne toucher que les arbres (ou casser des carreaux).
    Mais si on est dans le cadre d’une simple progression et s’il y a 2, 3, 5 ou 20 cases où l’ennemi est susceptible de se trouver, c’est à la fois à bannir (et impossible de toutes les façons).

    Remarque bien Alma que lors de ces progressions, on n’a pas une seule info sur la/les positions ennemie…l’idée est d’être préparé à tout. difficile de défourailler à 360 degrés (ce qui, au passage, faciliterait à l’inverse la détection des unités amies -fort bruyantes- par l’ennemi

    Personnellement, de manière générale, en progression « en milieu hostile », j’ai seulement deux éclaireurs 50-100 mètres devant le groupe de combat (une répartition 2 devant, 8-10 derrière)
    J’utilise ainsi pour reprendre la terminologie de l’article les « bonds alternés », avec deux éléments de tailles très différentes (plutôt que équivalents). Une fois les deux éclaireurs quasi rejoints par le gros de l’effectif, ce sont toujours les éclaireurs qui repartiront de l’avant.

    Si vous lisez le récit « Bataille pour Borgo Cascino », vous verrez que c’est de cette façon que j’ai procédé pour franchir les grands espaces.

    ne serait il pas plus judicieux de déplacer les groupes, toujours en alternance, mais en utilisant la fonction assaut ?

    Trop épuisant en situation de progression « normale ».
    Par ailleurs je suis pas fan de l’ordre « assaut ». Je l’ai par le passé rarement utilisé avant de l’abandonner complètement.
    En fait, la fonction assaut automatise une succession d’actions qu’il est possible d’ordonner « à la main » à l’aide d’ordres soutenu/courir; pause aux waypoints (voire cible) donnés aux deux équipes d’un GdC qu’on aura préalablement divisé.

    Faire manuellement ce genre de chose se révèle un peu plus laborieux mais je trouve beaucoup plus efficace, en particulier au niveau de la suppression. Je trouve en effet assez décevant le comportement de l’équipe appui lors de la manoeuvre Assaut, qui met souvent beaucoup/trop de temps à réagir et ne le fait que contre un ennemi identifié.

    En ordonnant tout au détail, on peut (avec les ordres cibles associés aux waypoints) aider l’équipe appui à se sortir les doigts du scrotum.

    En outre, « Assaut » est assez lent et très épuisant.
    Pour moi, c’est un ordre plutôt adapté au temps réel (où l’on a pas le temps de fignoler) et à oublier en PBEM (puisqu’on peut faire pareil en bien mieux moyennant un peu de soin)

    Si Carlos pouvait nous éclairer sur ce point ?
    Perso, mais Carlos me rectifiera

    Euh…dites voir, j’ai pas la science infuse hein ! Je peux dire des bêtises.
    Le blog n’est pas un « Posez votre question à Carlos et Carlos vous répond » hein. 😀
    Z’avez le droit de discuter entre vous 😀
    Me solliciter nommément a en plus le travers involontaire d’être assez excluant pour quelqu’un qui aurait des choses à dire, mais s’abstiendra parce que « on t’a rien demandé à toi tu sais pas lire…et puis chuuuut, tais-toi…Carlos va parler ! »

    Vous m’avez confondu avec quelqu’un d’autre :p

  8. Archange dit :

    Je voudrais bien faire comme toi Carlos, mais j’ai les italiens en PBEM…

    Alors comment tu fais là pour les splitter ? hein ? :p

  9. Carlos Carlos dit :

    j’ai les italiens en PBEM… Alors comment tu fais là pour les splitter ? hein ?

    Mmmh, je suis tombé sur une photographie qui tend à prouver que c’est théoriquement possible:

    😀

    L’ennuyeux, c’est qu’il n’y a effectivement aucune solution pour reproduire la chose en jeu.

    Remarque tout de même que si aucun groupe italien ne peut splitter (et pour la plupart n’ont pas l’option « assaut »), certaines unités italiennes d’élite, du genre Bersaglieri, peuvent exécuter un ordre ASSAUT ce qui, en pratique, les fait évoluer en équipes séparées (de façon « automatisée », sans maîtrise précise toutefois).

    C’est juste « mieux que rien ».

    PS: ya pas des équipes d’éclaireurs dans l’OB italien ? Faudra que je regarde ça tiens…

  10. Archange dit :

    Oui, j’ai vu que lorsque qu’on donne un assaut, la moitié de l’équipe couvre l’autre. C’est déjà ça.

    (Mais bon, sans arme automatique ou semi-automatique, j’aime autant te dire que des assauts, ben… J’en fais pas ! )

  11. CMFDR dit :

    Petit ajout anecdotique sur les différents bonds : dans l’armée française, on parle de bond « tiroir », ou « boule de billard », pour les bonds « alternés » de l’article (où « l’élément de queue progresse jusqu’à une position située sur la même ligne que le premier. ») et de bond en « perroquet » pour les bonds « successifs » de l’article ( où « l’élément de tête reprend sa progression jusqu’à elle aussi dépasser la position de l’élément de queue »).


    Source : TTA 150 (Titre 4 « Le combat PROTERRE en milieu ouvert ».)

  12. CMFDR dit :

    Petite illustration ma foi pas dégueulasse pour visualiser clairement la différence entre les deux types de bonds :


    http://www.armchairgeneral.com/tactics-101-094-the-light-infantry-platoon-maneuver-techniques.htm

    A noter que même si les dénominations sont inversées, ce qui est fréquent même en français pour le tiroir/perroquet, ça ne change en rien la validité du principe.

    On trouvera aussi dans l’article d’autre illustrations intéressantes, comme celle-ci par exemple :

    Et ce blog est une source impressionnante de billets sur la réflexion tactique :
    http://www.armchairgeneral.com/category/tactics101/

    « Bien sûr », c’est en anglais car, question de culture probablement et sans parler des traductions du genre que l’on fait ici, je n’ai jamais vu de pareille chose en franco-français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *