Dieu se fout du Monde. Faudra Lui dire.

Créateur de mondes combat missionOn a longtemps cru que la Terre était aussi plate qu’une table en formica. Dans cette figuration, il était assez facile d’imaginer Dieu les genoux quelque part en dessous, et les deux coudes nonchalamment posés sur chacun des pôles, au frais.

Lorsque Parménide évoqua au V ème siècle avant J.C qu’elle pût être ronde, il fallut cette fois bien L’imaginer perché dessus en équilibre précaire, les bras bien écartés. Puisqu’on ne connaissait pas à Dieu d’antécédents chez Zavata ou Barnum, il était logiquement assez difficile à digérer qu’Il pouvait être bon funambule…de là à tirer la conclusion qu’Il n’existait tout simplement pas, certains n’hésitaient déjà pas à le murmurer.

Puis Platon eut -en observant des ombres danser dans une caverne- l’intuition que ce que nous livraient nos simples perceptions ne présumaient pas de la Réalité. Ce qui n’était alors probablement qu’une banale partie fine à la chandelle, entre Athéniens qui avaient trouvé les lieux commodes et discrets, allait ainsi devenir la source d’une des plus fameuse allégorie philosophique. Avec la sensation qu’il existait des « Choses derrière des choses », Platon avait du coup doublement vu juste. Par ailleurs, il avançait de manière indirecte la thèse que Dieu, le Grand Ordonnateur, pouvait bien se planquer parmi les ombres.

Lorsqu’on prouva plus tard que la Terre n’était même pas le centre de l’Univers, il fallut à nouveau se rendre à l’évidence que Dieu était encore plus loin, et probablement beaucoup plus. On imagine en effet mal une Personne de Son importance préférer demeurer dans les banlieues populaires de la galaxie plutôt qu’au centre du Cosmos. Ainsi, plus la science avançait, plus Dieu reculait, sans qu’une unanimité ne se soit jamais décidée à Lui régler son compte en tant que Chef d’Orchestre à l’origine du Tout. Les plus religieux peuvent encore aujourd’hui Le rêver nageant la brasse entre deux nébuleuses lointaines sans qu’on puisse formellement les réfuter. Parmi les nombreux et illustres qui se sont attaqués au Sujet, les populaires Igor et Grichka Bogdanoff ont au moins pu apporter, à défaut d’une preuve irréfutable de l’existence de Dieu, la certitude qu’il existait bel et bien des chirurgiens véreux. Déjà ça.

Doit-on ainsi se résoudre à considérer notre planète comme une énorme et anonyme boule de boue à la dérive, formée par les hasards des circonstances et qui file sans objet ni but à une vitesse prodigieuse à travers le Grand Rien ?

Le thème donne assurément le tournis et à chercher la Vérité, vous vous y casserez probablement les dents – du reste comme tous les autres.

Combat Mission ne s’embarrasse heureusement pas de ces ténébreuses considérations. On y zigzaguer avec grâce entre tous les écueils anti-créationnistes : le Monde y est résolument plat et le Grand Ordonnateur, c’est Vous ! Reste uniquement à votre charge la mise en pratique des chapitres du «Guide du Big-Bang pour les nuls » afin que les pixels vous vénèrent.

Dernier ajout – Traduction des pages 71 à 84 du Game Engine Manual 2.0 concernant l’éditeur de mission et l’éditeur de carte – Fabriquez désormais vos propres univers !

Présentation de l’Editeurl’éditeur de missionl’éditeur de carte

Cette entrée a été publiée dans Concepts de jeu, Manuel de jeu. Placez un signet sur le permalien.

One Response to Dieu se fout du Monde. Faudra Lui dire.

  1. Avatar Charlot dit :

    Cet article contient 95% d’introduction; peut contenir des traces de drogue.
    Soluble dans Populous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *