Dans les entrailles du Grand Cygne

The Great Swan, Battle Pack 1 pour Battle for Normandy

cygne_by_mrmangouste

Le Battle Pack 1 pour Battle for Normandy, aussi nommé « The Great Swan » [Le Grand Cygne] est disponible chez Battlefront depuis le 29 février. Vous y trouverez une nouvelle campagne -Amiens Tonight- contenant 5 scénarios, 12 scénarios indépendants ainsi que 20 cartes dédiées aux batailles rapides. Pour faire meilleur poids, un ensemble de « Goodies » est téléchargeable séparément, y compris pour les non-acquéreurs du Battlepack. On découvrira dans ce dernier lot les cartes topographiques et photographies aériennes ayant servi de support pour l’élaboration des différents champs de batailles, un application Google Earth pour localiser chacun de ces engagements, l’Histoire du 23ème Hussars 1940-1946 (en pdf, version anglaise), des écrans de chargement ad hoc, ainsi que la Master Map (4 km X 2,5 km) servant de théâtre aux plus gros scénarios de l’extension (Opération Linnet II et Drop Zone Charlie). Cette dernière carte n’est toutefois utilisable que par les possesseurs du Battlepack.

Great swan iconeOutre le jeu de base Battle for Normandy, The Great Swan nécessite que vous possédiez les Modules Commonwealth Forces, Market Garden, ainsi que le Vehicle Pack afin de pouvoir jouer la totalité des scénarios. C’est en somme ni plus ni moins que toute la gamme pour Battle for Normandy, ce qui place mécaniquement le Battle Pack tout au bout de votre liste d’achat. Le Battle Pack vous fera automatiquement passer à la version 3.12 du jeu, qui est autrement disponible via un patch à l’usage de ceux qui ne délierons pas les cordons de leur bourse. Les autres rogneront leur livret A des 10 dollars demandés pour emporter le « Grand Cygne », sans les marrons.

Vous avez là une présentation « à plat » du produit, à l’exception du contexte historique des batailles représentées, qui ont déjà fait l’objet d’une présentation dans le billet « Premier Battle Pack pour Battle for Normandy ».

Reste à éviscérer la Bête avec Scalpel et Gants Mapa afin d’aller « plus loin » et éclairer vos élans consuméristes. Faites donc deux pas en arrière car ça va gicler et tâcher, l’objet n’étant pas dénué de qualité… mais pas sans défauts non plus.

Le Battle Pack, une nouvelle catégorie de produit.

Hors les jeux de base et traditionnels patchs correctifs, la formule « Battle Pack » constitue donc le quatrième type d’extension en vente pour Combat Mission (Module, Upgrade, Vehicle Pack, Battle pack). Rappelons que le Module ajoute scénarios et unités, ainsi que des évolutions de gameplay directement liées au thème dudit module (comme les grands ponts dans Market Garden). L’Upgrade se consacre uniquement à faire évoluer le moteur de jeu. Le Vehicle Pack propose de son côté de nouveaux engins, sans scénarios et enfin le Battle Pack des scénarios, sans véhicules ni autres évolutions.

Ce généreux « pot au feu » d’extensions aura de quoi dérouter n’importe quel chaland du magasin mais aussi, et c’est son plus grand travers, constituer un casse-tête pour un joueur en multi, qui doit toujours s’assurer que son adversaire dispose des mêmes extensions que lui, sous peine de ne pas pouvoir le défier (ou sous des conditions restreintes). Le Battle Pack étant, comme nous l’avons dit, en bout de liste d’acquisition, ceux qui désirent en profiter en multijoueur auront probablement fort à faire pour dégoter un adversaire idoine (qui possède lui aussi le Battle Pack…aux côtés de toutes les extensions précédentes). The Great Swan est-il par ailleurs ce produit miraculeux capable d’enclencher un « effet d’entraînement » qui pousseraient de nombreux joueurs à parfaire jusqu’au bout leur gamme « Battle for Normandy » ? Pas si sûr.

Une extension qu’il est possible de « faire soi-même »

La "Master Map"
La « Master Map »

C’est le principal argument de ceux qui grincent des dents depuis l’annonce même du principe du « Battle Pack ». Scénarios et campagnes peuvent être fabriquées « à la maison » par l’intermédiaire de l’éditeur fourni avec le jeu. Il n’est donc aucune composante d’un Battle Pack qui ne puisse être fait par un fan talentueux et besogneux.

C’est tout à fait juste, en ajoutant que c’est précisément parce que Combat Mission intègre un éditeur puissant que la chose est possible. Ce pourrait fort bien ne pas être le cas. Les jeux sans éditeur de mission sont légions. Ce « reproche voilé », tout légitime qu’il est, n’est permis que parce que Battlefront vous a sciemment mis entre les mains le fameux outil. On devrait prendre garde à ne pas occulter ces deux facettes et ne pas juger sans préalablement renverser le point de vue. Le Battle Pack est d’abord du temps de travail, et c’est cela qu’on achète… ou pas. Chacun verra évidemment midi à sa porte, et pourra éventuellement s’autoriser à mépriser l’objet.
Pour ma part, je reste relativement séduit par cette formule à coût modeste, dès lors que le contenu est de qualité. Du reste, pour ce que je peux en juger , The Great Swan témoigne d’un gros travail de cartographie et de recherche, et bénéficie de l’expérience de son auteur. De mon propre avis, ce n’est pas tant de ce côté qu’on pourra exprimer sa réserve.

Poids Brut, poids net égoutté.

S’il est une réserve légitime, elle se trouvera je crois dans le différentiel entre le « poids brut » de contenu proposé dans The Great Swan, et le « poids net » considérablement réduit (réduction plus ou moins sensible que vous soyez joueur multi ou joueur solo).

En effet, dès l’examen des cartes pour les batailles rapides, on verra que chaque carte est fournie en plusieurs versions (attaque, assaut, reconnaissance…) virtuellement identiques sur le plan de la cartographie, chaque version comptant pour « 1 » dans le total annoncé (20 cartes).

Les douze scénarios revendiqués subissent eux-aussi ce « syndrome de l’épinard » (qui réduit considérablement à la cuisson). Drop Zone Charlie est livré en deux versions, où ne changent que les unités Alliées (américaines pour l’un, britanniques pour l’autre) ; Opération LINNET II en pas moins de quatre variantes ! Enfin, selon le même principe, Hobart’s Funnies et Swansong se jouent sur la même carte face aux mêmes forces de l’Axe (ne varient encore une fois que les unités Alliées). En ne faisant le compte que des situations réellement distinctes en terme de lieu et d’enjeu, on passe ainsi de douze scénarios à seulement sept. Je réduirai même pour ma part le total à six tant LINNET II, par son gigantisme, se propulse largement au delà de ce dont mon PC (et mes neurones) sont capables de gérer.

On ne trouvera heureusement pas de phénomène semblable s’agissant de la (courte) campagne Amiens Tonight, qui propose bel et bien cing scénarios originaux. Je ne m’explique toutefois pas pourquoi Battlefront rate une nouvelle fois l’occasion de proposer -Enfin- une campagne multijoueur, puisque l’éditeur le permet théoriquement, ni pourquoi les chapitres de la campagne ne sont pas dupliqués et ajoutés en tant que scénarios indépendants, ce qui aurait représenté une vraie plus-value, autrement plus pertinente que les fameuses variantes évoquées plus haut… et ce sans effort de développement supplémentaire.

A titre personnel, je ne jouerai pas la campagne solo pas plus que je n’ai joué les autres. Reste donc dans ma besace personnelle six scénarios jouables -uniquement- avec les autres acquéreurs de The Great Swan. Le joueur solo sera bien sûr mieux lotis. Pour moi, c’est court.

Ci-dessous, les images des quatre premiers scénarios de la campagne solo (à l’usage de ceux qui aiment se gâcher le plaisir)

Amiens 1

 Amiens 2Amiens 3Amiens 4

 

 

 

Dernier ajout – la présentation des 12 scénarios du Battle Pack 1 ‘The Great Swan », illustrée par les captures d’écran des situations initiales.

Les catégories « Vehicle Pack » et « The Great Swan » font leur apparition dans la marge de droite afin de faciliter votre recherche.

Cette entrée a été publiée dans Battle for Normandy, Commonwealth Forces, From Battlefront, Market Garden, Téléchargements, The Great Swan, Vehicle Pack. Placez un signet sur le permalien.

8 Responses to Dans les entrailles du Grand Cygne

  1. mikinthemist mikinthemist dit :

    Ouais ouais ouais … bon je vais surement l’acheter quand même. 🙂

    Tu dis que théoriquement, une campagne pourrait être multijoueur, tu es sûr de ça ?
    J’avoue que j’avais inconsciemment intégré le fait que c’était uniquement en solo et ne m’y suis donc pas intéressé. Du tout. Mais si on pouvait jouer une campagne à 2 ça pourrait me motiver, j’aimerai bien essayer de créer quelquechose.

  2. morsaki dit :

    Coucou
    Je pense que « le faire soi-même » est réservé à des gens passionnés qui en connaissent un rayon avec beaucoup de temps à consacrer à la création de tels packs. Perso je fais confiance à ceux qui savent et préfère un petit investissement dans un produit fini et de qualité (enfin il me semble) . J’imagine qu’ils se sont bien renseignés et je pars les yeux fermés dans l’aventure. Je n’ai pas les compétences de toute manière pour apprécier si tel véhicule est conforme au contexte de l’époque ou tel scénario réaliste. Puis il y la surprise de découvrir un peu comme un cadeau de Noël notamment pour les scénarios.

  3. Carlos Carlos dit :

    Tu dis que théoriquement, une campagne pourrait être multijoueur, tu es sûr de ça ?

    Je n’ai pas tripatouillé l’éditeur pour constater la chose de visu, mais le Fucking Manual est formel (fin de page 163, Version Française 3.0)

    La chapitre dédié à l’élaboration des campagnes (pages 161 à 166 du même manuel) évoque aussi la possibilité de constituer un pool d’unités principales (c’est à dire récurrentes de scénario en scénario) pour les deux camps.

    Alors évidemment, partant de là, je ne m’explique vraiment pas que Battlefront ou quelque fameux concepteur n’ait jamais -à ma connaissance- fabriqué une campagne multijoueur. Si c’est techniquement possible, c’est abracadabrant. Avec une arborescence inventive (succession des scénarios en fonctions des parties gagnées/ perdues), ça ouvrirait complètement une nouvelle facette de jeu.

    Bien sûr, je pense qu’une telle campagne ne pourrait pas s’affranchir d’une sorte de dualité « camp actif VS camp faire-valoir », le second tentant d’enrayer les progrès du premier. Pour autant, le camp « faire-valoir » peut tout à fait être intéressant à tenir.

    Je pense que « le faire soi-même » est réservé à des gens passionnés qui en connaissent un rayon avec beaucoup de temps à consacrer à la création de tels packs. Perso je fais confiance à ceux qui savent et préfère un petit investissement dans un produit fini et de qualité (enfin il me semble)

    On est d’accord (bienvenu à passage 🙂 ). Ceci étant dit, l’argument qui peut être avancé est que des sites tels que le CMMODS proposent des centaines de scénarios en téléchargement libre, sans débourser un kopek. La qualité n’étant certes pas toujours au rendez-vous, on peut considérer qu’un Battle Pack vous assure le « haut du panier » contre quelques euros, en même temps qu’une cohérence thématique (puisque les scénarios de The Great Swan ont une sorte d’unité de temps et de lieu)

  4. mikinthemist mikinthemist dit :

    J’ai commencé à m’intéresser au sujet des campagnes multi :

    La lecture du manuel ne m’a pas appris grand-chose de plus que ce que tu avais déjà cité, le reste est plus un « how to » une fois qu’on ses idées en place.

    Mais, j’ai fait le tour des campagnes (pour BN uniquement) et j’ai trouvé des (2 en fait) campagnes pour deux joueurs 🙂
    La mauvaise nouvelle c’est que dans les deux cas, seul le mode « hotseat » est ouvert au choix des joueurs, pas de PBEM 🙁

    Alors problème inhérent à l’éditeur ou choix délibéré des concepteurs, mon coeur balance pour le premier choix, mais je n’en sais pas plus pour le moment. J’irai farfouiller le forum de BF pour en savoir plus et en dernier ressort, un petit test maison s’imposera avec des scénars tout bidon

  5. CMFDR dit :

    Autant l’auteur a manifestement bien creusé sont sujet et les scénarios sont intéressants, autant je suis déçu par le manque de sérieux sur le « contrôle qualité » car des défauts entâchent la plupart des scénarios (les PIAT de Celer et Audax par exemple).

    Néanmoins le principe de pack payant ne me déplaît pas et j’irais même jusqu’à penser que de généraliser l’appui financier (par des dons par exemple) pourrait peut-être motiver ceux qui savent à créer du contenu de qualité pour ceux qui consomment.

  6. mikinthemist mikinthemist dit :

    Salut CMFDR (Combat Mission Franklin Delanoe Roosevelt ?) Je suis d’accord avec toi, ça pourrait être motivant, mais c’est en tout cas interdit par la licence du jeu :
    User-created scenarios and other materials like graphics or other mods may be distributed free of charge, but shall not be sold, licensed, or included as part of any package or product that is sold or licensed, without the prior written consent of Battlefront.com, Inc.

    Alors ton idée des dons ce n’est pas exactement de la vente certes, c’est même une faille dans la licence à mon avis, mais j’entends d’ici les cris d’orfraie !!

  7. CMFDR dit :

    Salut mikinthemist,

    c’est même une faille dans la licence à mon avis, mais j’entends d’ici les cris d’orfraie !!

    Il semble que les dons sont tolérés au moins pour les outils communautaires car je crois que The Proving Grounds et The Scenario Depot III sont supportés par des dons, et Combat Operations dont a parlé PETEWENMAN était financé par une campagne Kickstarter.

    Pour le contenu en lui-même, Kieme s’est exprimé sur la chose en disant que, bien qu’il respecte les créateurs qui acceptent les dons, lui ne le ferait jamais, donc je suppose que ça se fait. De l’autre côté du fusil, des joueurs ont postés qu’ils seraient prêt à faire un don si ça peut aider les créateurs (Ze Skunk pour Veins par exemple) et je partage cet avis. (Au fait, pas de dons possibles pour combatmission.fr?)

    Si je comprends bien la licence, il ne faut pas que la possibilité d’utiliser le contenu soit conditionnée par un paiement donc je pense que les dons sont tolérés, du genre TRP avec un FO développeur en overwatch.

    (Combat Mission Franklin Delanoe Roosevelt ?)

    C’est flatteur, merci, mais ce ne sont que les initiales de mes prénoms en fait, ainsi j’espère pouvoir retenir mon identifiant même en ayant acrobatiquement ma face dans le séant.

  8. Carlos Carlos dit :

    (Combat Mission Franklin Delanoe Roosevelt ?)

    C’est flatteur, merci

    Sur un site consacré à Combat Mission, peut-être, mais sur un site dédié au Décathlon, moins 😀
    (Oh mon Dieu, c’est de mes doigts qu’est sorti ça ?? Pas Tapay, pas tapay, pas tapay :p)

    Au fait, pas de dons possibles pour combatmission.fr?

    Ben heu…non… mais si je peux filer ton adresse à mes huissiers, ça m’intéresse par contre 😀
    On avait causé de ça au détour d’un commentaire il y a pas si longtemps que ça. Etant donné l’audience nécessairement réduite d’un site consacré à CM, je ne crois pas qu’une entreprise mercantile puisse ramener davantage que des queues de cerise. Ce serait ainsi de toutes les façons-je crois-, beaucoup d’énergie pour peanuts. Par ailleurs, j’abbhore la pub qui est toute beurk toute moche sur une page d’accueil.

    Entretenir CM.fr, ça me coûte trente et quelques neurones par an. Chuis pas un gars qui a de la thune mais ça reste tout de même une dépense indolore qui ne me fait pas tressaillir. On serait sous un hébergement de bourgeois à plus de 100 euros l’année, la donne serait différente car ce deviendrait une dépense substantielle le mois où il faut passer à la caisse. J’entreprendrais alors probablement de « couvrir/répartir les frais » d’une manière ou d’une autre. Mais ce n’est pas le cas…et je n’ai pas envie de suer deux gouttes pour gratter 30 euros.

    Tant que j’y pense et puisqu’on évoquait les autorisations que pourraient délivrer Battlefront, je signale juste pour ma part avoir fait la démarche à deux reprises (il ne s’agissait évidemment pas de vendre quelque chose). La première fois était pour demander si le nom de domaine « CombatMission.fr » était susceptible de poser souci. Dans le doute, j’ai jugé qu’il valait mieux prévenir que Guérir. Battlefront m’a répondu que ça ne posait aucun problème dans la mesure où on y causerait de Combat Mission. Ca tombait bien 😀
    La seconde fois était impérative puisqu’elle concernait la traduction du manuel de jeu, lequel stipule noir sur blanc que « Le manuel ne peut être copié, photographié, reproduit, traduit […] sans le consentement de Battlefront.com ». Là encore, l’éditeur m’a répondu positivement (ce qui tombait encore bien puisqu’au moment où j’ai effectué la démarche, j’étais à plus de la moitié du taf’ :D)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *