L’effet des armes : Obus fusants (sur CMFI)

ArtyUSetIt

Suite à l’article sur les mortiers, une petite discussion s’est engagée au sujet des obus fusants. J’ai voulu faire un point de situation sur la disponibilité des munitions fusantes classées « Anti-personnel » dans Combat Mission et plus précisément sur CMFI.

Disponibilité ou non des munitions « Anti-personnel » :

Munitions fusantes AXE CMFI

Note pour les tirs directs : tous les tirs directs à partir de véhicules ou de pièces tractées ne sont pas fusants ! ? (Semovente, Priest et T30HMC, …)

Pour chaque tir indirect et hors carte, sauf à vérifier chaque obus, il est difficile de vérifier la proportion de fusants et de non-fusants car une partie des fusants explose au niveau du sol (sans faire de cratères). Un tir de fusants sur des habitations fait peu de dégâts aux bâtiments, même en gros calibres.

Une prochaine étude pourrait permettre de démontrer (résultats et captures écran) l'efficacité sur de l'infanterie et des véhicules blindés "sans toit".

A suivre, l’artillerie US …

Cette entrée a été publiée dans Concepts de jeu, Fortress Italy. Placez un signet sur le permalien.

4 Responses to L’effet des armes : Obus fusants (sur CMFI)

  1. STEELPANTHER25 STEELPANTHER25 dit :

    1er essai, pas glop ! … la capture d’écran (invisible) n’apportait rien … ça tombe bien ! … Quand au texte, il est … aéré, c’est le moins que l’on puisse dire ! Y a t-il moyen de corriger ?

  2. Carlos Carlos dit :

    Il y a toujours une première fois Steel 🙂

    Je commence par le fond de l'article mais discuterai ensuite finalement davantage de la forme puisque c'est ce qui te tarabuste. En outre, deux ou trois précisions sur les possibilités de mise en page (l'insertion des images en particulier) pourront servir à tous les apprentis rédacteurs.

    Question "fond", on sait maintenant à quoi s'en tenir sur la dotation des munitions anti-personnel. Et quand on regarde juste deux fois les données (ou qu'on fait un tableau avec), on s'aperçoit que, finalement, tout ton article est résumable (sans perte d'info) en une seule phrase :

    "Tous les ….de même que  tous les…. peuvent disposer de munitions anti-personnelles en tir indirect; à l'inverse, aucun ….. ni aucun….n'en dispose (hors carte ou sur carte n'y change rien)". C'est tout.

    (je ne donne pas les quatre mots puisque tu as mis ton article en vente. 😀 Cette phrase doit être connue, et tout est synthétisée en elle. Utile à garder dans un coin du cervelet.

    Du coup, je crois que ton étude concernant l'effectif US ne ferait qu'abonder le constat général (pareil pour tous les titres 2ème GM), sans ajouter d'exception (à vérifier ceci dit)… ce serait couillon de faire un tableau de 3 kilomètres alors qu'une phrase suffit à couvrir toutes les possibilités.

    Question forme maintenant: tu as d'une part peiné pour ton image, et t'es retrouvé d'autre part bien embêté pour mettre en page tes données.

    Pour l'image, j'ai constaté que tu avais fait originellement un appel à un service d'hébergement gratuit (Hostingpics, comme Imageshack). Tu t'emmerdes à plus d'un titre, puisque CM.fr est capable d'héberger beaucoup facilement en interne les images. La différence va se jouer d'une part sur la vitesse d'affichage (plus rapide quand c'est en interne que soumis au débit de radin d'un service gratuit), mais surtout sur la durabilité des images dans le temps. Va consulter un AAR d'il y a 2 ou 3 ans dont les images étaient hébergées en externe. Dans la quasi totalité des cas, l'hébergeur a changé d'adresse, fermé, ou a carrément purgé les images un peu anciennes, rendant l'AAR inintelligible.

    Là, tant que CM.fr est en ligne, toutes ses images seront toujours disponibles. A l'inverse, Si un jour tu ne vois par exemple plus les images de The passage sur AF, c'est que CM.fr a crashé (puisuqe ces images sur AF sont hébergées ici)

    Comment faire ?

    Lorsque tu rédiges une page ou un article (CE QUE N'IMPORTE QUEL INSCRIT PEUT FAIRE !) et que tu veux héberger/insérer une image (ou un autre média), il te suffit d'appuyer sur "Ajouter un média".

    Ensuite, selon que ce soit une nouvelle image ou une image précédemment hébergée sur CM.fr (genre la veille, l'an dernier), tu vas envoyer un nouveau fichier ou aller la chercher dans la bibliothèque. Le cas général, c'est bien sûr quand tu uploades depuis ton PC. Donc "Envoyer des fichiers".

    Puis Selectionner des fichiers (tu peux en héberger/insérer 60 d'un coup avec CTRL hein), aller les cherchers sur ton Disque, insérer, et pof, elle est dans la base et dans ton texte pour l'éternité (tu pourras ensuite changer sa position, sa taille ect…comme tu veux)

    Il y a je crois 4000 ou 5000 images déjà hébergées (à peu près toutes celles visibles sur CM.fr, mais aussi certaines visibles ailleurs, comme celles de The Passage)…et ya de la place hein !

    Donc te casse pas à aller chercher ailleurs, héberge ici même. Tous les utilisateurs ont accès à ce service sans restriction.

    Note qu'avec l'adresse URL de l'image (qui commence par Combatmission.fr du coup), tu peux très bien afficher sur n'importe quel forum une image hébergée ici (toutes les images que je publie sur AF sont par exemple hébergées ici, mais pas visible ici, comme les résultats de bataille)

    L'autre question relative à la forme, c'est celle de la présentation de tes données. Tu remarqueras que j'ai repris la forme en utilisant un petit outil presque magique, inventé il y a quelques siècles: le PETIT TABLEAU. 

    Dès lors que tu as des données qui sont classifiables en catégories, le tableau est généralement le meilleur service que tu peux te rendre (en constatant par exemple qu'une case est vide et que ce n'est pas normal) et rendre au lecteur. La présentation des données est hyper importante, car même si elles sont essentielles, elles ne seront pas consultées/comprises si mal présentées. 

    Ca ne m'a pas pris plus de temps de mettre les phrases dans des cases que de sauter à la ligne. J'ai fait ça sur Openoffice, ai ensuite capturé l'image de mon tableau avant de l'héberger/insérer ici. C'est clair (grâce au code couleur universel "Rouge c'est pas bon"- "Vert c'est bien" compréhensible par un militaire ou un footballeur), c'est propre, et ça prend pas de place.

    Je vous encourage donc à toujours vous questionner sur les artifices de présentation qui faciliteraient la vie et la compréhension du lecteur. Pour être lu, faut déjà être lisible. 😀

    (PS: Alors alors, la petite facturette…100 Grisbis pour l'article, + 10 pour ma vente + 20 pour prime de 4ème contribution payable…mmmmh…130 tout de suite dans ta poche, à additionner à tes futures ventes)

  3. STEELPANTHER25 STEELPANTHER25 dit :

    Beau boulot … Carlos 😉
    Bon, la capture d’image, c’était juste pour faire beau … par contre tes tableaux, c’est quand même plus joli que ma prose …

  4. Carlos Carlos dit :

    Monsieur Plus a aujourd'hui je crois quelques infos intéressantes sur le sujet, à additionner à celles de l'article ! 😀

    Tout d'abord, je complète l'illustration initiale qui n'a rien de très parlante, étant donné que de loin, rien ne ressemble plus à une frappe "anti-personnel" qu'une frappe "général". 

    Un obus fusant, lorsque précisément il fuse, et bien ça donne ça (de très près, et à distance moyenne)

    Il n'explose donc par au contact du sol, mais au dessus. Remarquez que le souffle projeté au sol est modélisé, une sorte de champignon inversé. Un obus qui fuse ne crée donc pas de cratère et -en conséquence- ne projète que très peu de matière aux alentours. Le sol demeurera donc intact et la poussière (qui fait écran aux lignes de vue) significativement moindre en volume et durée de suspension dans l'air. Des détails, mais qu'on peut retenir dans un coin de sa tête.

    OBUS FUSANTS / OBUS QUI FUSENT… QUELLE PROPORTION ?

    Et bien figurez-vous qu'une petite série suffit à révéler une proportion assez significative des munitions "anti-personnel" qui fusent bel et bien. On peut observer chaque obus l'un après l'autre pendant la frappe, ou encore compter les cratères présents/manquants par rapport aux munitions tirées (avec dans le second cas la marge d'erreur liée aux impacts sur les obstacles, comme les bâtiments) . Les deux techniques se valent. Trois batteries de 155 mm ont tiré 59 obus en 3 minutes.

    31 ont explosé en l'air (ont "fusé") et 28 au sol

    Malgré la relative petitesse de la série, je crois qu'on ne sera pas trop loin de la vérité si l'on considère qu'avec une frappe réglée sur "Anti-personnel", un obus sur deux fuse.

    ET CA FAIT PLUSSE BOBO ?

    J'ai donc décidé de tester l'efficacité du dispositif sur une grosse compagnie d'infanterie motorisée allemande (comprenant les Sdkfz 251 de soutien/transport). Je l'ai déployé dans et aux alentours d'un hameau. Tous les groupes ont été disposés à pied, et les véhicules à peu près régulièrement répartis sur la surface.

    Bien sûr, des Diables de Yankees sont très bien informés du lieu et de l'heure de la pause-pipi des allemands, c'est pourquoi trois batteries de 155 mm vont pilonner le hameau durant 3 minutes (cadence Max, mais les pièces chauffent vite, 3 minutes ne font qu'environ 60 obus). 

    J'ai constitué deux séries de 5 tests. La première série de 5 s'est faite avec un réglage "Général", et la seconde série de 5 avec un réglage "Anti-Personnel". Bien évidemment, de façon à ne pas avoir de facteurs parasites, les autres paramètres sont strictement identiques (en particulier la zone de ciblage, 240 mètres de rayon à compter du même point)

    Hop, on arrête la partie à l'issue des trois minutes (alors que les batteries, chauffées à blanc, ont encore de nombreux obus, mais ralentissent la cadence de tir)…et on compte les pertes.

    D'abord celles avec réglage "Général":

    Et maintenant avec le réglage Anti-Personnel

    Les résultats vont dans le sens de ceux qui sont attendus, on a toutefois à présent une meilleure idée de la proportion : 40 à 50 % de pertes supplémentaires sur l'infanterie.

    La ligne qui pourrait faire l'objet de davantage de spéculation est la ligne réservée aux pertes des véhicules, car les chiffres sont plus faibles (donc variables). Cependant, à partir de notre constat précédent (le fait qu'un obus sur deux fuse réellement dans le cas d'une frappe anti-personnel), on peut facilement déduire que dans le second tableau, les véhicules HS ont été détruits, justement, par les obus qui n'ont pas fusé !

    Grosso-modo, en considérant qu'un obus qui fuse ne peut détruire un véhicule (mais qu'un obus qui explose au contact le peut), on peut tenir pour une bonne approximation que les dommages aux véhicules peuvent être divisés par deux comparé à une frappe "général".

    Voilà voilà. Merci Qui ? Merci Monsieur Plus ! 😀

Répondre à STEELPANTHER25 Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *