Théorie Universelle de la Gravitation…Horizontale!

Popularisée auprès des cancres par Marcel Gotlib, la légende raconte qu’un soir où Isaac Newton était d’humeur contemplative assis dans son jardin, la chute d’une pomme éveilla chez lui les principes de la théorie de la Gravitation Universelle, pour laquelle, en plus d’autres travaux, il fait encore autorité. Il avait alors 22 ou 23 ans, et se trouvait au seuil de la postérité.

Pour ma part, c’est avant l’âge de 5 ans que je découvrais que les pâtes en forme de lettres de l’alphabet avait tendance à se rapprocher mystérieusement du bord de mon bol de soupe au céleri. N’étant alors pas du genre à la ramener, je taisais ma découverte et me contentais de faire stupidement ce qu’on attendait d’un innocent garçon de mon âge: touiller la mixture, en collant sur le rebord les lettres de manière à former des mots tels que « Pipi », « Caca » ou « Quanta ».

J’ai eu tort. L’histoire démontre qu’avoir une grande gueule comme Isaac Newton lui a davantage profité que mon modeste silence pour l’épanouissement de ma propre notoriété.

Maintenant que -selon sa propre théorie- la masse de terreau le tient bien écrasé au fond de sa sépulture, j’ai toute latitude pour tenir ma revanche sur Newton. Et je ne le ferai pas plus tard que maintenant en étalant sur place publique ma propre théorie de la gravitation universelle, appliquée au pathfinding de Combat Mission.

On touche là à un sujet très technique, d’intérêt parfois marginal, mais pour lequel vous vous rappellerez sûrement à mon bon souvenir dès lors qu’un de vos groupes de combat n’accomplira pas tout à fait le mouvement que vous avez imaginé pour lui, et se fera décimer en cours de route.

Pour le coup, vous n’aurez à vous en prendre qu’à votre pomme.

Derniers ajouts:

* Un long article mystérieusement intitulé « Théorie de la Gravitation horizontale », dernière grosse reprise de publications précédentes.

* Les tours 21 à 25 du récit de partie « Avanti! », inédits !

* Les briefings du duo de scénarios ayant pour cadre le village de Buron (près de Caen) durant les évènements du 10 juillet. Assaut canadien sur le village dans « The Main Event » puis contre-attaque de la SS Hitlerjugend dans « Sticking it Out ».

Cette entrée a été publiée dans Concepts de jeu, Récits de parties, Scénarios. Placez un signet sur le permalien.

2 Responses to Théorie Universelle de la Gravitation…Horizontale!

  1. Li-An dit :

    Il semblerait que pour cette histoire de pomme, Newton l’aurait sorti à un fan pressant qui voulait en savoir plus sur l’origine de l’inspiration juste histoire de s’en débarrasser.

  2. Carlos Carlos dit :

    Ce gougnafier poudré m’aurait donc berné et ce n’est que quelques 250 ans plus tard que je découvre son infâme supercherie ? Il est mort avant moi, il l’a bien mérité 😛

    Parkinsonien des liens, je n’ai pu m’empêcher de visiter le blog qu’on trouvera au bout de ton pseudo. Sans être ce qu’on peut appeler un férû de B.D, j’admire le talent, chapeau.
    Sans être non plus de façon générale un spécialiste de la question, et malgré quelques clins d’oeil à Gotlib et Florence Magnin dans les précédents billets, il est impossible de ne pas être interloqué de la mutation du secteur de la BD, qui date je crois de 10 ou 15 ans.
    Auparavant territoire traditionnellement protégé et longtemps ronronnant de ses classiques, chasse gardée destinée à la prime jeunesse, genre littéraire considéré comme puéril et mineur, il est aujourd’hui difficile à un enfants de 8 ans de circuler dans ces vastes rayons réservés au B.D sans se prendre des coups de genoux de la part des lecteurs adultes, parfois grisonnants qui ont investis les lieux.
    Il n’empêche que malgré son développement et son ouverture à des propos/publics adultes, je crois le secteur assez difficile pour les auteurs (ce que me disait justement Florence Magnin avec qui j’ai échangé quelques mots cette année à Audincourt; elle a l’expérience pour asseoir son appréciation). A titre personnel, et pour des raisons prosaïquement économiques -je parle là de mon petit portefeuille- je reste plus volontiers fidèle à la littérature classique (sans image!), qui d’une « densité narrative » logiquement supérieure. Par « densité narrative », j’entends que l’imagination est autant sollicitée dans certains bons ouvrages de littérature encore disponibles pour 8 à 10 euros que dans une série de BD qui culminera à plus de 100 euros. Je ne critique pas le prix en soi, c’est en l’occurrence la taille modeste de mon portefeuille qui me désole. 😀

    Voilà…euh…je ne connais pas les codes qui président aux échanges sur le blog (non, je ne suis pas Laurent Joffrin :P) mais…heu…en tant que premier « sur les lieux »…bienvenu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *