Un jeu pas comme les autres

un jeu pas comme les autres3

Les femmes l'ont bien compris: s'il s'agit de se dégoter un partenaire sexuel, une rhinoplastie ou un nouveau mascara sont des choix bien plus judicieux qu'une chirurgie des amygdales ou des cours de yukulélé. Pour un homme, au Codex de Warhammer 40.000, préfère une Rolex.

Un investissement invisible à l'oeil au premier abord est un investissement perdu, ou au mieux d'un très faible rapport. C'est bien la tragédie vécue par Combat Mission, qu'on trainera contre son gré et sa nature sur le tapis rouge du genre Stratégie Temps Réel et qui y passera pour cette petite brune à la peau luisante et aux cheveux gras qui claudique trois pas derrière les beautés racées. De fait, si Combat Mission révolutionne le Wargame en y introduisant la troidé, il emprunte par là même les couleurs d'un genre auquel il n'appartient pas; et il les porte mal.

Avec sa vague trombine de logiciel Ouzbek et ses polygones livrés au compte-goutte, difficile de convaincre qu'il ne s'agit pas d'un malheureux ersatz mal fagoté de Company of Heroes, ou de de tout autre produit rutilant qui vous prouve en quelques secondes que vous avez bien fait d'acheter cette carte graphique d'exception à l'occasion de cette promo extraordinaire qui ne tombe que 24 fois par jour chez CDiscount.

Convaincre de sa différence, maintenir l'attention du néophyte par delà un premier abord difficile et pourtant crucial, c'est l'intention de la série d'articles "Un jeu pas comme les autres" dont vous trouverez aujourd'hui sur Cm.fr le premier volet.

Dernier Ajout: "La Balistique" est premier volet d'une série d'articles -accessibles sans vous délester de votre Grisbi- destinée aux curieux, aux néophytes, aux perplexes, aux suspicieux qui abordent la série. Il s'agit à chaque numéro (dont je peux être l'auteur…mais vous aussi !) d'évoquer un aspect donné de Combat Mission, qui le différencie notablement des autres jeux qui partagent pourtant la même forme générale (celle du STR "classique"). Ce sont évidemment chacun de ces aspects particuliers qui, additionnés et tous ensemble, tracent le sillon d'un genre ludique dont Combat Mission est l'unique représentant. Le traitement de la balistique dans Combat Mission, sans doute la facette la plus distincte et raffinée de la série, ouvre naturellement le bal.

Mais aussi, à lire ailleurs – Une nouvelle production d'un William44 décidément très en verve. Il traite cette fois, avec force détails et illustrations, d'une manipulation de l'éditeur de carte assez épineuse à réaliser: la détermination des élévations de terrain. Une aide précieuse qui épargnera aux concepteurs débutants l'envie de porter atteinte à l'intégrité de leur propre toison capillaire. 

Cette entrée a été publiée dans Concepts de jeu. Placez un signet sur le permalien.

14 Responses to Un jeu pas comme les autres

  1. Alma dit :

    Ah, je connais au moins deux aspects très particuliers de CM… l'excellente gestion des champs de vision avec les micro-variations des inclinaisons et obstacles du terrain, et l'aspect que je mettrai en number one, la pente d'apprentissage raide et sans fin…

  2. Damien44 dit :

    C’est sûr que c’est un jeu pas comme les autres. C’est vraiment pour un public de passionnés, car y’a une sacré prise en main a faire. Je sais pas si j’ai passé plus de temps à jouer ou à lire/chercher des articles pour essayer de comprendre et réussir à donner des ordres adaptés…

  3. Laits Laits dit :

    L’aisance vient avec la pratique. Le mieux étant de se confronter à des joueurs humains car les limites de l’AI risquent de te faire prendre de mauvais reflexes. Après, le site propose une grande quantité d’articles et d’AAR qui te permettront de progresser rapidement. Quand tu te sentira prêt on pourra tenter une partie!

    • Damien44 dit :

      C’est gentil, mais oui pour l’instant je suis pas prêt, j’ai commencé des parties en multi, et c’est nul ce que je fais, et oui j’avoue ça m’agace de patauger comme ça.

      Même contre l’IA je patauge, je vois bien que je suis à la rue sur les tactiques et sur l’utilisation du jeu…
      Le multi m’a un peu calmé j’avoue, ça ma remis à ma place de gros débutant qui croyais savoir un peu jouer mais qui s’est fait remettre à sa place rapidement.
      Donc bah je vais prendre mon temps et pour commencer me faire la main sur l’IA…
      Et oui ça m’a mis une petite claque pédagogique…

      Pour les AAR ça me coûte bien trop cher…
      Je cours après les grisbis 🙁

  4. petewenman dit :

    Damien44 you have some more grisbi now I hope

  5. Laits Laits dit :

    Le problème avec l’IA c’est que souvent on prend des mauvais reflexes à jouer contre elle. Généralement le plan de l’ordinateur est appliqué d’une manière très rigide et on peut le contrer facilement une fois que tu as trouvé la « solution ». C’est pour ça que beaucoup font l’erreur de croire qu’il est plus facile de defendre. Un adversaire humain s’adaptera et cherchera la faille. C’est beaucoup plus intéressant et formateur. Même si au début ca pique! 🙂

  6. Jack Blyskawica Jack Blyskawica dit :

    je pense Damien que beaucoup de personnes ,peut être toi aussi ?? se mettant aux Wargames informatiques en oublient et négligent ,vis à vis des kriegspiele classique sur papier , par la facilité d’accès que procure ce support , qu’il y a un aspect planification avant de rentrer dans le vif du sujet et que les minutes ou les heures que tu passes avant de rentrer dans la phase « Action » à étudier le terrain , les spots de tir , les positions d’où part ton adversaire et les tiennes , l’étude des forces et des faiblesses de tes unités et les siennes , sont presque toujours plus importante que le déroulement du scénario lui même ……
    On apprend de ses erreurs , tu peux te sentir nul , ce n’est que mieux , on performe plus quand on doute raisonnablement de soi que quand on a une trop grande confiance , même si tu as l’impression d’être à la « ramasse  » quand tu lis un tel , dis toi bien , on est tous parti du néant , de la connaissance point  » 0″ …les AAR ne sont pas seulement là pour montrer un savoir , mais aussi recevoir des critiques et engager un débat sur les différentes options que l’on a choisi

    • Damien44 dit :

      Oui j’ai le jeu depuis deux semaines, j’ai bien compris que c’était un jeu particulier et j’ai accroché le concept/la simulation réaliste du jeu,et j’aime cet aspect réflexion tactique etc..

      Mais je me rends compte que c’est bien plus poussé que ce que j’avais pensé, et qu’on prend pas le jeu en main en quelques semaines , mais en bien plus longtemps que ça.
      Je suis en train de mesurer la profondeur du jeu
      Et qu’il va falloir être très patient, ne pas griller les étapes et surtout accepter de se faire balader sur le terrain et que que l’ego va se faire malmener sévère lol

      Je précise que je sors de jeu tel que Company of Heroes et ce genre de jeux ( ou je me débrouillais pas trop mal …. roh le vantard ^^ )
      Et forcément la transition pique un peu …. beaucoup.
      On joue dans une autre cours là !

  7. sval06 dit :

    C’est sur que vu les jeux que tu cites, c’est un peu comparer l’opéra et la musique militaire :).

    Mais comme d’autres te l’ont dit, c’est en jouant contre des humains qu’on s’améliore (je précise que je me sens plus moyen – qu’autre chose. Laits et ses maudits Panzerschrek pourront en témoigner); quitte à prendre des gifles,
    ce qui est important c’est de ne pas lâcher et de jouer régulièrement.

    Pour la prise en main, je te conseille de tester quelles armes sont utiles pour dézinguer ce que tu as en face.
    Par exemple, un blindé est mortel pour l’infanterie à une certaine distance, mais un canon AC non repéré sera mortel pour un blindé, mais il est très vulnérable aux mortiers, etc…Une mitrailleuse pourra arrêter net de l’infanterie, sauf si elle attaque de 3 directions différentes, etc…

    Bref, il n’existe pas d’arme miracle; mais juste des attributs différents. Une fois que tu sauras ça; les manoeuvres te paraîtront plus évidentes; tu chercheras les meilleurs voies d’approche pour arriver à tes fins, etc…
    Et surtout, plus on progresse, et plus on voit les nuances et subtilités du jeu. Ce qui est dur, c’est le départ 🙂

  8. Damien44 dit :

    « C’est sûr que vu les jeux que tu cites, c’est un peu comparer l’opéra et la musique militaire :). »

    Oui lol, C’est ça!
    Et j’ai pas encore l’oreille ^^
    Et je comprends qu’il va falloir du temps et un paquet de déculottés pour apprendre.
    …. c’est le jeu ma pauvre Lucette

    Bon du coup je suis sado ,j’ai pris CMFI car le bocage,pour débuter, c’est peut être pas le mieux…
    Et puis les cartes me plaisent bien aussi 🙂

  9. petewenman dit :

    Damien44 you-have some more now I hope grisbi

    Now ?

  10. Carlos Carlos dit :

    Généralement le plan de l’ordinateur est appliqué d’une manière très rigide et on peut le contrer facilement une fois que tu as trouvé la « solution ».

    Tout en concédant toutefois qu’un concepteur très soigneux peut programmer plusieurs plans pour l’IA (parmi lesquels l’ordinateur choisit au démarrage d’une partie, de manière semi-aléatoire). A défaut de rendre l’exécution du plan souple, ça apporte de la variété, peut susciter la surprise…et bénéficie à la rejouabilité d’un scénario.

    C’est pour ça que beaucoup font l’erreur de croire qu’il est plus facile de defendre.

    100% d’accord. L’IA tient assez médiocrement le rôle d’attaquant, ce qui incite le joueur à penser que de façon générale, la défense est le « bon rôle » pour débuter. Toutefois, en multi, il est au contraire plus facile d’attaquer et l’expérience est très riche d’apprentissage. Assurer une bonne défense, c’est vraiment très technique, pas évident.

    Damien44 you-have some more now I hope grisbi
    Now ?

    J’ai décompté 200 Grisbis à Pete pour les verser à Damien, comme Pete le souhaitait.
    La fonction « Transférer » en marge fonctionne…la plupart du temps. Parfois, le Grisbi ne change pas de main. Il faut alors rafraîchir la page et recommencer. Ça fonctionne toujours, au pire, au second essai. Un message vous indique que la transaction a réussi (en même temps qu’en haut à droite, le nombre de Grisbis perdus/gagnés)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *